Face à une situation de faux et usage de faux, il est crucial de connaître les délais légaux pour porter plainte. Ces infractions, qui portent atteinte à la confiance publique, sont encadrées par des règles précises en matière de prescription. Nous vous proposons un éclairage complet sur ce sujet complexe, afin de vous permettre d’agir efficacement si vous êtes confronté à ce type de délit.

En bref

Le délai de prescription pour porter plainte pour faux et usage de faux est généralement de 6 ans à compter de la commission de l’infraction. Cependant, ce délai peut être prolongé dans certains cas particuliers, notamment lorsque l’infraction est dissimulée ou en cas de faux en écriture publique. Il est essentiel d’agir rapidement pour préserver vos droits et faciliter la collecte des preuves.

Comprendre l’infraction de falsification documentaire

Le faux et l’usage de faux sont deux infractions distinctes mais souvent liées. Le faux consiste à altérer frauduleusement la vérité dans un document, tandis que l’usage de faux implique l’utilisation d’un document falsifié. Par exemple, la création d’un faux diplôme constitue un faux, et son utilisation pour obtenir un emploi représente un usage de faux. Ces actes peuvent concerner divers documents : contrats, attestations, factures, ou même des documents administratifs.

Ces infractions sont considérées comme graves car elles portent atteinte à la confiance nécessaire dans les relations sociales et économiques. Elles peuvent avoir des conséquences importantes pour les victimes, que ce soit sur le plan financier, professionnel ou personnel.

Le délai légal pour déposer une plainte

Depuis la réforme de 2017, le délai de prescription pour les délits, dont font partie le faux et l’usage de faux, est fixé à 6 ans. Ce délai commence à courir à partir du jour où l’infraction a été commise. Pour le faux, il s’agit du moment de la création du document falsifié. Pour l’usage de faux, chaque utilisation du document constitue une nouvelle infraction, ce qui peut prolonger le délai de prescription.

Il est important de noter que ce délai de 6 ans s’applique à la majorité des cas de faux et usage de faux. Cependant, la complexité de certaines affaires peut rendre difficile la détermination précise du point de départ de la prescription, notamment lorsque l’infraction a été dissimulée ou découverte tardivement.

Exceptions et cas particuliers

Certaines situations peuvent modifier le délai standard de prescription. Voici les principales exceptions à connaître :

  • Faux en écriture publique : Le délai peut être porté à 10 ans, voire 30 ans si l’auteur est un agent public.
  • Infraction dissimulée : Le délai peut être repoussé jusqu’à 12 ans à compter de la découverte de l’infraction.
  • Usage de faux répété : Chaque nouvel usage peut faire courir un nouveau délai de prescription.
  • Faux commis en bande organisée : Le délai peut être allongé en raison de la gravité de l’infraction.
  • Mineur victime : La prescription ne commence à courir qu’à partir de la majorité de la victime.

Ces exceptions visent à protéger les victimes dans des situations où la découverte de l’infraction peut être tardive ou lorsque la gravité des faits justifie un délai plus long pour agir en justice.

Importance d’agir rapidement

Malgré l’existence d’un délai de prescription relativement long, nous ne saurions trop insister sur l’importance d’agir rapidement dès la découverte d’un faux ou d’un usage de faux. Une action rapide présente plusieurs avantages cruciaux :

Premièrement, elle facilite grandement la collecte des preuves. Avec le temps, les documents peuvent disparaître, les témoignages devenir moins précis, et les traces numériques s’effacer. Une plainte déposée rapidement permet aux autorités d’intervenir alors que les éléments de preuve sont encore frais et accessibles.

Deuxièmement, une action rapide peut limiter l’étendue du préjudice subi. Plus vous attendez, plus les conséquences du faux peuvent se propager et causer des dommages difficiles à réparer. Agir vite peut permettre de stopper l’utilisation du faux document avant qu’il ne cause des dégâts irréversibles.

Étapes pour déposer une plainte

ÉtapeDescriptionDocuments nécessairesAutorité compétente
1. Rassembler les preuvesCollecter tous les éléments démontrant le fauxDocument falsifié, preuves de son utilisation
2. Rédiger la plainteDécrire précisément les faits et le préjudice subiPièce d’identité, justificatif de domicile
3. Déposer la plainteSe rendre au commissariat ou à la gendarmeriePlainte rédigée, preuves rassembléesPolice ou Gendarmerie
4. Suivi de la plainteDemander un récépissé et suivre l’avancementNuméro de plainteProcureur de la République

Recours à un avocat spécialisé

Face à la complexité juridique des affaires de faux et usage de faux, le recours à un avocat spécialisé peut s’avérer déterminant. Un professionnel du droit apportera son expertise à plusieurs niveaux :

Il vous aidera à évaluer la solidité de votre dossier, en analysant les preuves dont vous disposez et en vous indiquant les éléments supplémentaires à rechercher. L’avocat saura également identifier précisément la nature de l’infraction et les textes de loi applicables, ce qui est crucial pour la suite de la procédure.

De plus, un avocat vous guidera dans les démarches à entreprendre, en vous conseillant sur la meilleure stratégie à adopter. Il pourra rédiger votre plainte de manière à ce qu’elle soit la plus efficace possible, et vous représentera auprès des autorités judiciaires tout au long de la procédure.

Conséquences juridiques pour l’auteur des faits

Les sanctions encourues pour faux et usage de faux sont sévères, reflétant la gravité de ces infractions aux yeux de la loi. Voici les principales peines prévues :

  • Faux et usage de faux (cas général) : 3 ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende
  • Faux en écriture publique : 10 ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende
  • Faux commis par une personne dépositaire de l’autorité publique : 15 ans de réclusion criminelle et 225 000 euros d’amende
  • Détention de faux documents administratifs : 2 ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende
  • Faux certificats ou attestations : 1 an d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende

Ces peines peuvent être assorties de sanctions complémentaires, telles que l’interdiction d’exercer certaines professions ou l’affichage de la décision de justice. La sévérité de la sanction dépendra des circonstances de l’infraction, de son ampleur et des antécédents de l’auteur.

Questions fréquentes

Le délai de prescription peut-il être interrompu ?
Oui, le délai de prescription peut être interrompu par tout acte d’enquête ou de poursuite. Dans ce cas, un nouveau délai de 6 ans commence à courir à partir de cet acte.

Que faire si je découvre un faux après le délai de prescription ?
Même si l’action pénale est prescrite, vous pouvez envisager une action civile pour obtenir réparation du préjudice subi, sous réserve que cette action ne soit pas elle-même prescrite.

Puis-je porter plainte pour faux et usage de faux si je ne suis pas la victime directe ?
En principe, seule la victime directe peut porter plainte. Cependant, si vous avez connaissance d’un faux, vous pouvez le signaler au procureur de la République.

Le délai de prescription est-il le même pour le faux et l’usage de faux ?
Le délai est le même (6 ans), mais pour l’usage de faux, il recommence à courir à chaque nouvelle utilisation du document falsifié.

Une plainte pour faux et usage de faux peut-elle être classée sans suite ?
Oui, le procureur peut classer la plainte sans suite s’il estime que les faits ne sont pas suffisamment caractérisés ou que les preuves sont insuffisantes. Dans ce cas, vous pouvez envisager de déposer une plainte avec constitution de partie civile.